Le Crépuscule des Jours

Chronique poétique et visuelle des jours qui passent...

Info

Vanités - Paris

Une respiration, un souffle sur la peau, laquelle, lequel, montrent béant la profondeur de son regard aussi noir qu'un tombeau!? L'avidité de l'image est comme réduite à quelques reflets mouvants comme des sables d'argent sur la surface d'un mensonge plus énorme que vivant et alors!? Ouvrir grand tout orifice donné comme un espoir de vibrer encore juste un instant, non je ne fermerai pas les yeux, pas maintenant, encore jouer avec l'image de ce que je fus, petit être balbutiant allant jusqu'à la scène finale et à ses résidus...

 

Applaudir pour chaque moment débattu et assumé dans la joie de vivre. Jolis crânes en vérité que ceux-là dévoilés à l'occasion, le mien aura-t-il cette parfaite rondeur qui donne tant à penser à tous les grands affabulateurs de la question de l'après!? Hamlet en a toujours un à sa disposition pour jouer à l'unique devinette dont jamais nous n'obtenons la solution, quoique solubles nous sommes à toutes les croyances qui nous arrangent et nous rassurent, petits êtres balbutiants dans la nature !

 

Ecrit par Marine Arena-Crabbé / Vidéo de Jean-Luc Cormier

Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé
Déja 487 Chroniques des jours qui passent...
Octobre 2017
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

Archives

Partagez le site !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn