Le Crépuscule des Jours

Chronique poétique et visuelle des jours qui passent...

Info

Enfin Mona Lisa...

 

 

Quand l’ogre s’est penché sur la verrière, il n’a su faire de différence entre les visiteurs de l’intérieur et les promeneurs de l’extérieur. Mais comme il était assez douillet, il évita de se blesser. « Le mieux, se dit-il, bien que la jeune femme que je vois là déambuler soit fort appétissante, est que je m’abstienne de briser la verrière ! » Il  jeta son dévolu sur ceux qui passaient entre ses jambes : non seulement ils ignoraient sa présence, mais certains même lui marchaient sur la botte. Or, il n’y a pas plus sensible qu’une botte de sept lieux. De la main à la bouche, il n’y a qu’un pas si j’ose dire pour un ogre, mais pas seulement d’ailleurs. Après avoir avalé son content d’individus, il entra dans la salle des Etats pour admirer enfin Mona Lisa dont quelques congénères lui avaient vanté le sourire.

Il est de notoriété publique que les ogres ont disparu avec les contes : il ne faut jamais se fier aux apparences.

 Ecrit par Marine Arena-Crabbé / Vidéo de Jean-Luc Cormier

Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé
Déja 491 Chroniques des jours qui passent...
Decembre 2017
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Archives

Partagez le site !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn