Le Crépuscule des Jours

Chronique poétique et visuelle des jours qui passent...

Info

Etale

 

Je ne veux pas de mots

Petits oiseaux

Que de longues gambes

Noires et dodues

Pour alimenter le verbe

De l’algèbre inachevé !

Ou bien le verbe inachevé de l’algèbre,

Comme vous voulez ! Décidez !

Potache où as-tu vu brandir l’allusion

Du sable engorgé de crème à hydrater la nuit ?

Qu’est-ce que cette mascarade fait-elle là

Allongée, éperdue, difficile à comprendre

Difficile à tortiller, pas vrai, du cul pour les tendres

Et ceux qui le ne sont plus où vont-ils larguer les voiles ?

Et même sans tortiller la moindre hanche

Où faut-il se tendre pour mieux crever le ciel ?

Et qu’enfin, compatissant, il abreuve le jour

Et décline l’espoir.

Que ses longs traits de rimmel et de khôl sourcilleux

S’estompent en une douce aquarelle…

Est-ce bien cela oiseaux figés sur la branche

Qui vous titille et vous « déranche »

Au son d’une cavalcade assoupie 

Qui violine un certain sens.

Mais,

Est-ce seulement le bon ?

Je ne veux pas de mots, disais-je…

Soi-disant !

 

 Ecrit par Marine Arena-Crabbé / Vidéo de Esther Mahn Yer

Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé
Déja 491 Chroniques des jours qui passent...
Decembre 2017
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Archives

Partagez le site !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn