Le Crépuscule des Jours

Chronique poétique et visuelle des jours qui passent...

Info

Boulevard - Paris


 

Je retire mes marrons du feu, j’ai trop à craindre du crépuscule. Aussi je m’en vais, après avoir marché dans des lieux où l’obscurité résonne et dévore. Je m’en vais sur mon coursier haletant dont l’ombre vacille sur les terre-pleins de la nuit, nuit qui avance et grignote petit à petit, depuis le zénith jusqu’à l’horizon, jusqu’au moment où l’ombre de mon coursier et de ma personne s’estomperont.

Mais j’en ai dans les jambes et ma monture aussi. Mon assiette est parfaite ainsi que ma joie d’échapper aux abîmes. J’avance et rien ne m’arrête et la nuit peut bien tomber, là-bas, je sais trouver l’étincelle qui va tout illuminer, embrasant la beauté du monde.

 Ecrit par Marine Arena-Crabbé / Vidéo de Marie-Pierre Guillon

Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé
Déja 487 Chroniques des jours qui passent...
Octobre 2017
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

Archives

Partagez le site !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn