Le Crépuscule des Jours

Chronique poétique et visuelle des jours qui passent...

Info

1 minute #72 - Paris

 

Quai de scène

 

En ce temps-là, le pauvre Molière voyait son Tartuffe différé

Pour être enfin présenté

A la cour 

Un jour

De mai. Bien de beaux esprits courtisans en avaient appelé à son annulation

Pure et simple,

Comme l’a raconté le sieur d’Argenson,

Esprit chagrin parmi les lâches, les suceurs de sucre d’orge,

Les ronflants de la courbette et autres imposteurs,

Comme ce bon vieux Tartuffe qui, d’un sein,

S’inventait une cécité d’apparat 

Tandis qu’il niait l’avidité de sa robe

Gonflée par de vilaines 

Mais fort humaines,

Au demeurant,

Tumescences.

Et d’aucuns iront jusqu’à dire,

Que c’est bien d’avoir osé montrer une telle ignominie

Que l’auteur en est mort en représentation

Du Malade Imaginaire

Comme quoi on peut dire n’importe quoi

Lorsqu’on manque d’imagination.

Mais nous anticipons : la mort de Molière ne surviendra qu’en 1673

Soit neuf ans après la première représentation de Tartuffe.

Dieu n’est guère pressé de condamner !

N’en déplaise aux excités.

 Ecrit par Marine Arena-Crabbé / Vidéo de Jean-Luc Cormier

Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé
Déja 487 Chroniques des jours qui passent...
Octobre 2017
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

Archives

Partagez le site !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn