Le Crépuscule des Jours

Chronique poétique et visuelle des jours qui passent...

Info

1 minute #61 - Montréal

 

 

Œuvres au noir

Des pas 

Etres d’un vide, d’une absence

L’œuvre pour réduire l’oubli à une simple conjugaison

De présences 

Les moribonds s’exposent et s’abandonnent

Tandis que le moteur ronfle éternel

Autre vestige d’inventions bariolées

Autre porte béante sur l’imagination

Sur le comment ça marche

Comment ça marche la vie

Comment ça marche l’œuvre

Comment pour ne plus dire pourquoi

Arraisonner l’inexplicable

L’indélivré, l’ineffable

La course du bouchon sur l’eau claire

Et l’éclat du vent !

Ah la belle affaire que le regard porté

Quand s’enfle la voilure et que la mer s’égare !

La mer c’est moi

Dira l’autre

Et bien qu’il le dise haut et fort comme un mamelon 

Comme une dune

Pour laquelle l’érosion s’érige caresse

Et bien qu’il le dise

La mer c’est moi

Je le dis avec lui 

 Ecrit par Marine Arena-Crabbé / Vidéo de Jean-Luc Cormier

Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé
Déja 491 Chroniques des jours qui passent...
Decembre 2017
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Archives

Partagez le site !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn