Le Crépuscule des Jours

Chronique poétique et visuelle des jours qui passent...

Info

Léviathan

 

 Elles sont pourtant là, les monstrueuses, mais elles se cachent après nous avoir bassinés les oreilles de leurs coassements nocturnes. L'œil de la caméra a beau les traquer, les chercher dans l'opalescence verte, elles se sont évadées dans les taillis voisins. Les carpes sont parties aussi, faute d'oxygène et d'eau, mais rien ne semble dénoncer leur passage. Elles ont abandonné la mare aux douces et charmantes grenouilles provençales qui s'ébattent au chant du grillon et se reposent quand craquette la cigale.

 

Elles répètent à l'envi : « Adieu les parisiens, la maison est vendue, adieu les parisiens, vous ne reviendrez plus, adieu les parisiens ! »

 

Ce n'est pas tant qu'elles disent la vérité qui blesse mais bien plutôt leur joie à nous voir partir et laisser le lieu à d'autres. Ce qu'elles ignorent cependant, c'est que de nouveaux parisiens prendront la relève et que leur accent couvrira parfois leurs chants !

 

Piètre consolation !

 

 Ecrit par Marine Arena-Crabbé / Vidéo de Jean-Luc Cormier 

Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé
Déja 491 Chroniques des jours qui passent...
Decembre 2017
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Archives

Partagez le site !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn